paris-967186_1920_edited.jpg
Logo Made in France.png
Made in France, une porte ouverte sur le monde francophone
Made in France, an open door to the French-speaking world
Made in France, una puerta abierta al mundo francóphono

Untitled design.png
Search
  • Léna Monmousseau

Calamity Jane - Figure Féminine Emblématique du Western

Entre mythes et réalité, le personnage de Calamity Jane, née Martha Jane Cannary, a été une source d’inspiration pour plus d’un auteur et réalisateur depuis les années 20. Dans le monde de la BD, les premiers à mettre en scène cette figure emblématique de la conquête de l’Ouest sont Morris et Goscinny au sein d’un épisode de leur célèbre Lucky Luke paru en 1954. Et c’est plus de 50 ans après que Matthieu Blanchin et Christian Perrissin se sont de nouveau penchés sur cette femme forte dans leur nouvelle série western «  Martha Jane Cannary: la vie aventureuse de celle que l'on nommait Calamity Jane  ».


Il est assez difficile de retracer la vie de Martha Jane car sa vie et ses exploits ont souvent été embellis et théâtralisés, aussi bien par elle-même que par autrui. Il existe plusieurs sources biographiques qui narrent sa vie telles que l’autobiographie qu’elle distribuait au cours de ses spectacles, les lettres qu’elle écrivait à sa fille, ou encore les articles écrits à son sujet. Cependant la crédibilité de ces documents est fortement remise en cause. Tous font le portrait d’une femme courageuse et en avance sur son époque en tant que femme. Mais la réalité de sa vie était plus sombre et marquée par l’alcool.


Sa naissance même est sujette à des questionnements. Ainsi, selon sa biographie, elle serait née en 1852, selon sa pierre tombale elle serait née deux ans plus tôt, en 1850, et selon les registres de recensement à Deadwood ce serait 1856. On sait néanmoins qu’elle a grandi dans une famille de paysans dont elle était l’aînée d’une fratrie de six enfants. Frappée par la misère, sa famille décide de partir en 1865 et d’entreprendre le grand voyage vers l’Ouest américain. Les parents de Calamity Jane étaient mormons, ce qui aurait en partie motivé la migration de la famille Cannary vers Salt Lake City. Sans oublier le fait que les mormons étaient alors persécutés dans l'Est américain, notamment parce qu'ils promouvaient la polygamie.

Lors de ce voyage, Martha perd sa mère. Deux ans plus tard, son père disparaît. Alors orpheline, elle aurait été placée dans une famille d’accueil et aurait effectué plusieurs petits boulots pour survivre.

Au début des années 70, elle participe à plusieurs expéditions et est remarquée par plusieurs journalistes. C’est alors que Martha Jane Cannary devient Calamity Jane. Nourri par le film Little Big Man d'Arthur Penn ou les albums Blueberry de Charlier et Giraud, Matthieu Blanchin était à la fois fasciné par l'histoire de l'Ouest américain, en particulier des natifs amérindiens, et, en meme temps, intimidé par ces grandes œuvres transposant cette histoire de l'Ouest. C'est pourquoi la lecture des Lettres à sa fille a été un déclencheur, en lui permettant d'oser entrer sur ce terrain par le biais d'une histoire singulière, celle d'une femme unique et inspirante par ses contrastes, ses paradoxes et la richesse de sa vie.


Christian Perrissin, présenté par Matthieu comme un «  scénariste chevronné  », est celui qui lui a mis ces fameuses lettres entre les mains. Il avait en effet le projet d’écrire un roman graphique et de sortir du format traditionnel de la bande dessinée en 48 ou 62 pages. Les deux auteurs ont donc modelé ce personnage de Calamity Jane à 4 mains. Au fil du temps, leur perception de sa psychologie et de ses émotions s’est assez facilement accordée. Pour en arriver à ce résultat, un grand travail de recherche et de documentation a été nécessaire. En réalité, les sources biographiques telles que la biographie de Martha Jane ou les Lettres à sa fille sont des sources nuancées. L’authenticité de ces lettres est, par ailleurs, fortement remise en cause par l’historien américain J. Leonard Jennewein qui les qualifie de « canular complet du début à la fin ». La filiation même de Janey, la fille de Calamity Jane, est incertaine. Selon ces lettres, elle serait l’enfant de Jane et de Wild Bill Hickok. Or cette histoire d’amour serait une légende et Janey serait en fait la fille d’un lieutenant.


Un réel travail de documentation a donc été nécessaire pour comprendre cette période et la construction du mythe de la conquête de l’Ouest, Matthieu et Christian se sont appuyés sur des ouvrages tels que Le western et les mythes de l’Ouest : Littérature et arts de l'image, de Gilles Menegaldo et Lauric Guillaud, et La Conquête de l'Ouest : Le récit français de la nation américaine au XIXe siècle de Tangi Villerbu. Leur objectif n’était pourtant pas de relater des faits biographiques réels, mais de partir de faits biographiques afin de créer un récit crédible et cohérent. Si Martha Jane, elle-même, avoue raconter parfois des bobards aux journalistes (cf Lettres à sa fille) des historiens comme Doris Faber ou James McLaird ont pu établir la solidité de faits concernant Calamity Jane. C'est pourquoi, tout en s'appuyant sur ceux-ci, il a été passionnant pour Christian et Matthieu de tenter de reconstituer de manière crédible une destinée qui gardera sa part de mystère comme toute aventure humaine.


«  C’était un de ses charmes, c’était une grande conteuse. Quand elle commençait à raconter quelque chose, c’était avec tellement de générosité que tout le monde dans un bar s’arrêtait, l’écoutait . (...) On y sent une plume de grand talent  », déclare Matthieu Blanchin au sujet des Lettres à sa fille.